Archives par étiquette : Fouilles

Place Eugène Wernert : les mausolées

p1000338

Place Eugène Wernert

En 1885, les travaux d’aménagement de la ligne de chemin de fer de Vaugneray à Lyon ont livré plusieurs mausolées du Ier siècle ap. J.-C. Ces mausolées bordaient la voie d’Aquitaine, à la sortie de la ville, à proximité du carrefour de Trion. Les cinq mausolées les plus intéressants furent alors démontés pierre à pierre et reconstitués place Eugène-Wernert, de manière à les conserver.

Cette pratique funéraire n’était pas commune à toutes les catégories sociales : elle était le privilège des personnages importants. Il fallait en effet que les descendants ou les ayants-droit puissent assurer les frais de construction du monument. Continuer la lecture

L’autel du sanctuaire fédéral

auteldelyonauguste_cngDans sa « Géographie » (IV,3,2), Strabon évoque ce sanctuaire gallo-romain, unique par son rôle et par sa taille : « Le sanctuaire dédié en commun par tous les Gaulois à César Auguste est bâti en face de la ville, au confluent des deux fleuves ; il y a un autel remarquable, portant l’inscription des peuples, au nombre de soixante, les statues de chacun d’eux, ainsi qu’un grand bois sacré. » Continuer la lecture

L’amphithéatre des trois Gaules

vue-aer-amphi

Vue aérienne

Les amphithéâtres apparaissent dans l’empire romain au Ier siècle av. J.-C. D’abord en bois, rapidement supplanté par la pierre, ce type de bâtiment se répand très vite dans tout l’empire. On y représentait des combats de gladiateurs, des chasses, ou même, parfois, des combats navals. Le plus célèbre reste le Colisée de Rome, construit par Vespasien. En France, les arènes de Nimes, ou encore l’amphithéâtre de l’Arles antique figurent parmi les mieux conservés. Continuer la lecture

Cathédrale Saint-Jean : le parc archéologique

p1000892Pour comprendre la genèse de la cathédrale Saint-Jean et des bâtiments qui l’entouraient, une visite du parc archéologique s’impose ! En effet, des fouilles menées de 1973 à 1977 sous la direction de J-F. Reynaud ont fait apparaître un groupe épiscopal comprenant trois édifices religieux distincts. Leur construction remonte, au moins en partie, au IVème siècle ap. J.-C. : la cathédrale Saint-Jean primitive au sud, située en lieu et place de la cathédrale actuelle, avec une emprise toutefois moins importante, le baptistère qui deviendra l’église Saint-Etienne au centre, et l’Eglise Sainte-Croix au nord. Le parc archéologique situé sur le côté nord de la cathédrale Saint-Jean présente les restes de ces deux derniers édifices. Continuer la lecture

La ferme gallo-romaine de Fleurieux sur l’Arbresle

Et l’autoroute permit de découvrir une ferme antique…

fleu_007Dans le cadre du chantier de l’A89 (portion Balbigny – Lyon), l’INRAP a été mandaté par l’ASF pour la réalisation de prospections archéologiques préventives. A la suite des sondages opérés en 2009 sur le territoire de la commune de Fleurieux sur l’Arbresle, l’équipe de l’INRAP a mis au jour les restes d’une ancienne ferme gallo-romaine dans la zone de Grand-Plantes (partie basse de la Commune, non loin du cours de la Brévenne). Continuer la lecture

Le quartier antique de Vaise

p1000533

La Saône, au niveau de Vaise.

Vaise avant Lugdunum

Grâce aux opérations d’archéologie préventive, de nombreuses fouilles et découvertes ont eu lieu à Vaise ces 20 dernières années. La connaissance historique de ce quartier et des origines de Lyon, ont ainsi pu considérablement évoluer. Il a été clairement établi que ces lieux étaient largement fréquentés avant la création de la cité de Lugdunum. Continuer la lecture

Les voies romaines au départ de Lyon

d-hzaghx6tofqp00cz4imwzl8s0

Trois Gaules et Narbonnaise

Un réseau routier très important est mis en place quelques années après la fondation de la ville, afin de relier la capitale des Gaules aux différentes régions des trois Gaules et de la Gaule Narbonnaise. Ce réseau prend certainement, au moins pour partie, la place d’itinéraires gaulois préexistants. Continuer la lecture

L’atelier monétaire antique de Lyon

Aureus

Aureus

Un atelier monétaire est créé à Lyon dès 43 av. J.-C., année de fondation de la cité. Lorsque l’empereur Auguste réorganise le monnayage de l’Empire, il fait de Lyon un atelier impérial qui devient à partir de 15 av. J.-C. l’un des plus grands du monde romain.

L’atelier monétaire n’ayant laissé que très peu de traces, il est toutefois probable qu’il se soit situé sur la colline de Fourvière dans le quartier de Saint-Just. La « grotte Bérelle », grande citerne souterraine (16 x 15 m x 3,6 m, contenance de 440 m3) conservée à proximité du lycée Saint-Just, pourrait correspondre à la réserve d’eau de la caserne de la cohorte urbaine affectée à la garde de l’atelier. Continuer la lecture