Brève histoire du 8 décembre à Lyon

lampionsLe 8 décembre reste le premier événement lyonnais en terme de fréquentation et d’attachement des Lyonnais. Des dizaines d’animations et d’illuminations de façades et de monuments se superposent en soirée. A la fois fête religieuse, fête populaire, fête institutionnelle, le 8 décembre est devenu un événement touristique d’ampleur contribuant à la renommée internationale de Lyon. Chaque année, des milliers de promeneurs bravent le froid pour parcourir les rues, devenues piétonnes pour l’occasion, dans une atmosphère apaisée d’émerveillement, loin des liesses populaires estivales. Continuer la lecture

Promenades géologiques à Lyon

gadagne

Pierre dorée – Musée Gadagne.

Chaque bâtiment a une histoire à raconter, par l’intermédiaire de ses matériaux de construction. Deux petits guides dans la collection des « balades géologiques » publiés par les Editions Biotope vous proposent de découvrir le Vieux Lyon et le quartier de Fourvière, à travers deux parcours pédestres, faciles et incontournables. L’observation des matériaux de construction de la ville historique permet ainsi de mieux la comprendre. Continuer la lecture

Macon- Cluny en vélo ou en rollers

La voie verte de Mâcon jusqu’à Cluny

macon_clunyÉloignons nous de Rhône-Alpes pour faire un tour en Bourgogne du Sud…. Le Département de Saône et Loire est doté d’un beau réseau de Voies vertes permettant de découvrir d’une façon insolite des territoires et des paysages magnifiques. J’ai réalisé ce parcours entre Mâcon et Cluny en 2008 en rollers, puis en 2016 avec vélo et charrette pour bébé. Continuer la lecture

Saint-Just : la Grotte Bérelle

devigne_berelle

Source : Claude Devigne

La « grotte Bérelle » est une citerne souterraine gallo-romaine située sous l’esplanade du lycée Saint-Just dans le 5ème arrondissement de Lyon. Ses dimensions sont de 16 m x 15 m x 3,6 m de hauteur, ce qui représente une contenance de 440 m3. Classé monument historique en 1862, et bien que conservé dans un excellent état, cet édifice ne se visite pas. Continuer la lecture

Lyon à vélo

velo-lyonVisiter Lyon à vélo est tout à fait envisageable. Etant donné la taille globalement modérée du centre-ville, c’est même le moyen de transport idéal pour élargir le périmètre des visites en dehors des traditionnels quartiers touristiques.

Il y a bien quelques montées à Lyon, essentiellement pour accéder aux  deux collines historiques, Fourvière et la Croix-Rousse. Mais il y a aussi des funiculaires qui acceptent les vélos, pour les personnes ne souhaitant pas s’aventurer en milieu pentu (pour Fourvière : métro ligne D, station Saint-Jean ; pour la Croix-Rousse : métro ligne C, station Hôtel de Ville – Louis Pradel). Continuer la lecture

Tracé de l’aqueduc du Gier

L’Ap1000107queduc du Gier en bref

L’aqueduc du Gier est l’aqueduc le plus long et le plus imposant des 4 aqueducs qui desservaient en eau Lugdunum. Parmi ses particularités, les parties apparentes de l’ouvrage possèdent un bel appareil réticulé, encore visible. D’un niveau technique exceptionnel, il compte plus de quarante ponts et files d’arches (la moitié dans le Rhône), onze tunnels et, unique en cela, quatre siphons. Continuer la lecture

L’Ile Barbe

p1020352L’Ile Barbe se situe sur la Saône, à environ 6km au nord de Lyon. L’origine de cette appellation n’est pas certaine. Le toponyme qualifierait le lieu d »île sauvage » (insula barbara). La fréquentation du site est historiquement précoce. Des vestiges romains ont en effet été retrouvés dans ce secteur, comme en témoigne en rive droite de la Saône la tombe du légionnaire romain Marcus Paulinus Saturninus. Continuer la lecture

Place Eugène Wernert : les mausolées

p1000338

Place Eugène Wernert

En 1885, les travaux d’aménagement de la ligne de chemin de fer de Vaugneray à Lyon ont livré plusieurs mausolées du Ier siècle ap. J.-C. Ces mausolées bordaient la voie d’Aquitaine, à la sortie de la ville, à proximité du carrefour de Trion. Les cinq mausolées les plus intéressants furent alors démontés pierre à pierre et reconstitués place Eugène-Wernert, de manière à les conserver.

Cette pratique funéraire n’était pas commune à toutes les catégories sociales : elle était le privilège des personnages importants. Il fallait en effet que les descendants ou les ayants-droit puissent assurer les frais de construction du monument. Continuer la lecture

La rosace du couchant

176

La rosace de l’Agneau.

La rosace du couchant, plus couramment appelée rosace de l’Agneau, mérite un arrêt sur image. Située au-dessus du grand portail, à plus de trente mètres de haut, elle occupe, avec ses douze mètres de diamètre, une place si importante qu’elle touche l’ogive dans sa partie supérieure. Continuer la lecture

Les remparts de Lyon

cham

Enceintes présumées – Reynaud 1998

La cité de Lugdunum fut fondée sur la colline qui prendra le nom de Fourvière. Ses quartiers ont occupé tout l’espace de cette colline en s’étendant jusqu’à Saint Just, Loyasse et La Sarra. Dès l’Antiquité, une enceinte aurait protégé toute cette surface, même si son existence n’est pas tout à fait avérée ; l’archéologie n’ayant – à ce jour – rien révélé de déterminant. Cependant, il semble réaliste que le privilège d’avoir une enceinte ait été octroyé à Lyon, de par son statut de colonie romaine, à l’instar de Nîmes, par exemple. De même, certains indices textuels laissent supposer l’existence d’une muraille protectrice : par exemple Grégoire de Tours, en parlant de l’église Saint-Irénée, la situe « à proximité extérieure des murs« . Continuer la lecture